#JIPF2023 le message de la présidente de la FIPF aux professeurs de français du monde


LE PARRAIN 2023
ABDOU DIOUF

Mesdames, Messieurs,

Si j’ai tenu à célébrer cette journée internationale des professeurs de français avec vous, c’est parce que je souhaitais vous dire, comme j’ai eu le plaisir de le faire à maintes reprises, en qualité de Secrétaire général de la Francophonie, quevous pouvez être fiers parce qu’enseigner est un métier de passion, même si j’ai bien conscience que c’est aussi un métier difficile et de responsabilité. Enseigner, comme l’écrivait Montaigne, « c’est allumer un feu ». Enseigner, c’est une invitation au voyage, à la découverte d’autres paysages, c’est une invitation à l’émancipation des esprits, par-delà les certitudes et les idées reçues.

Vous pouvez donc, pour toutes ces raisons, être fiers, mais j’ajouterais qu’en tant que professeurs de français, vous devez être fiers :

Parce qu’une langue qu’on n’enseigne plus est une langue qu’on tue.

Parce que la promotion de la langue française et la promotion de la diversité linguistique et culturelle ne font qu’un !

Promouvoir la langue française, singulièrement comme langue étrangère ou seconde, c’est en effet favoriser l’inspiration réciproque d’un pays à l’autre, d’un continent à l’autre, c’est contribuer sans cesse à la régénération des mots, des idées, des imaginaires, des concepts, des perceptions de l’homme et du monde. La langue française n’est pas la France, elle est une et plurielle. Et ce n’est pas seulement la culture française que vous contribuez à mieux faire connaître, ce sont plus largement les cultures d’expression française.

Vous devez être fiers :

Parce que l’esprit dans lequel vous enseignez la langue française est empreint d’une volonté d’ouverture et de dialogue, d’échange et de partage, du respect de l’autre dans sa différence et son identité. Pour vous, pour toutes celles et tous ceux qui ont fait le choix d’apprendre le français, mais aussi pour beaucoup de peuples et de nations, la langue française demeure la langue de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen, la langue de la démocratie, la langue de la liberté.

Alors, en ce moment de grandes turbulences où les équilibres géopolitiques mondiaux vacillent, nous devons toutes et tous, plus que jamais, servir avec constance et fierté l’universalité de ces valeurs qui vous lient et qui nous lient parce qu’elles sont indissociables de notre humaine condition.

Je souhaite donc vous redire, tout en vous adressant mes pensées les plus chaleureuses, que vous pouvez et que vous devez être fiers de ce que vous êtes et de ce que vous faites.